Oct 24

Dans le cadre d’une diète de type méditerranéenne, il est conseillé de consommer des poissons dits gras, c’est à dire riches en acides gras poly insaturés de la série oméga 3.

images

L’intérêt de cette consommation est largement démontré en santé humaine, par la réduction des risques de maladies cardio-vasculaires, du déclin cognitif et des démences des sujets âgés.

L’organisme ne sait pas fabriquer ces acides gras, l’alimentation est le seul moyen de nous les apporter. D’ou les recommandations de consommer du poisson, principale source en EPA et DHA

Les poissons maigres, morue, haddock, sole, carrelet, perche,  ont une chair surtout constituée de muscles, et leur principal intérêt nutritionnel est l’apport de protéines de bonne qualité.

Les poissons gras consomment surtout des phytoplanctons riches en acides gras à longues chaises  qui se concentrent tout au long de la chaîne alimentaire

Il existe des variations dans la teneur en lipides selon les espèces de poissons, ainsi que selon l’état physiologique du poisson et la quantité de nourriture à sa disposition

Les poissons vivant dans les mers froides sont plus riches en acides gras poly insaturés de la série oméga 3 car ces acides gras permettent de maintenir le fluidité membranaire du poisson, même à basse température

Ces mêmes poissons gras sont riches en vitamines A et D ( qui sont liposolubles )

Teneurs en lipides de différents poissons :  Pour 100 g

? Les plus riches :

Hareng            14 g

Maquereau      13 g

Sardines           13 g

Saumon           10 g

Thon rouge       6 g

Anchois            5  g

images-21

? Contiennent entre 5 et 1 g/100 g :

Merlu, daurade, turbot, fletan, truite, limande, bar, carpe, brochet

? Contiennent moins de 1 g/100 g :

Cabillaud, merlan, sole, Perche du Nil, roussette, merlan, raie ,lieu


Les recommandations sont de manger 400 g de poissons gras par semaine

Pour ceux qui ont du mal à cuisiner, penser aux sardines à l’huile ( d’olive )      imagesca8lexv71

Posted in: Micronutrition | 26 986 Comments »

Mai 24

Les maladies musculo-articulaires tiennent le haut du pavé dans nos sociétés industrielles.

A la fin du siècle dernier, ne parlait t-on pas des lombalgies comme ‘ le mal du siècle ‘ ?

En ce début du XXI° siècle, se profile une nouvelle épidémie, l’explosion des troubles musculo-squelettiques , les TMS.

Le ministère du Travail vient de lancer une campagne de spots publicitaires pour sensibiliser les gens à ces pathologies .

Ces TMS représentent la première cause de maladies professionnelles en France, et leur coût ne cesse de s’accroître. Toutes les articulations peuvent être touchées, mais les atteintes du membre supérieur semblent les plus fréquentes : tendinites, tenosynovites, syndrome du canal carpien… le choix est vaste. Un salarié sur dix en souffre .images-ccc

Pourquoi cette explosion depuis les dernières décennies dans tous les pays industrialisés ?

Pour les experts, ce sont des maladies multifactorielles,  qui englobent les facteurs environnementaux, comme le stress, les contraintes biomécaniques répétées, les efforts excessifs, l’accroissement des contraintes de productivité qui conduisent à une augmentation de la charge de travail, etc…

Mais toutes les explications  étio-pathologiques des ces maladies musculo-articulaires ne sont pas vraiment satisfaisantes.

En effet, elles ne sont pas nouvelles !

Depuis le début de la révolution industrielle à la fin du XIX° siècle, le travail à la chaîne, répétitif, le stress, les contraintes de productivité, ne sont pas des données récentes.

Le film ‘ Les temps modernes ‘de Charlie Chaplin ( 1936 ) en est l’illustration.images-chaplin

Pourquoi l’explosion des pathologies articulaires seulement ces dernières décennies ?

Les conditions de travail, les contraintes subies, étant grosso modo les mêmes depuis un siècle et demie, ce qui à changé le plus ,

c’est notre alimentation.

Et ce facteur, pourtant évident, est curieusement complètement absent des interrogations des ‘experts ‘ sur cette ‘épidémie ‘

Cette idée, pourtant évidente,  de  la modification de la qualité de notre alimentation,  à du mal à s’imposer dans les milieux médicaux.

Et ce qui à changé le plus dans notre alimentation, si l’on se place d’un point de vue des maladies inflammatoires, et elles sont nombreuses,

c’est la qualité et la quantité des acides gras ingérés.

?  En effet, l’apport en oméga 3 ne cesse de baisser, et l’apport en oméga 6 ne cesse d’augmenter.

Le chercheur Pierre Weill, dans son remarquable ouvrage ‘ Tous gros demain ? ‘ ,  le dit très bien :

‘ la détérioration constante de ce ratio oméga 6 / oméga 3 mesure sans doute la détérioration de ce lien tenu et pourtant si important entre notre santé et notre environnement ‘

De quoi parle t-on lorsque l’on parle de ces acides gras, et en quoi ont-ils un rôle si important ?

? Un peu de biochimie pour comprendre :

Les acides gras poly-insaturés diffèrent par la nature de leur constitution biochimique , le nombre de leurs doubles liaisons . Deux grandes familles, les oméga 3 et les oméga 6.

L’organisme utilise ces acides gras pour la constitution des membranes de ses cellules,

mais aussi pour servir de points de départ aux synthèses de médiateurs cellulaires qui régulent toutes les grandes fonctions de l’organisme.

? Les oméga 6 donnent naissance à des molécules pro-inflammatoires

? Les oméga 3 eux donnent naissance à des molécules anti-inflammatoires

Les oméga 3 se  trouvent dans le règne végétal dans les membranes des végétaux, les algues, les herbes, et dans le règne animal essentiellement chez les poissons dit  ‘gras  ‘ , sardines, saumon, maquereaux,etc…

Les  oméga 6 sont présents dans les réserves des graines, soja, tournesol, maïs…

Et c’est le rapport entre ces deux acides gras, le rapport oméga 6/oméga 3, qui est déterminant pour notre état de santé, nous orientant s’il est déséquilibré, vers un état pro-inflammatoire

l’ inflammation, est actuellement au cœur de la plupart des pathologies de civilisation :

le diabète, l’obésité, les maladies neuro-dégénératives, les cancers, les maladies cardio-vasculaires, et bien sur les maladies articulaires qui nous intéressent.

?  Ce rapport oméga 6/oméga 3, qui devrait se situer autour de 4/1, c’est à dire 4 oméga 6 pour 1 oméga 3, ne cesse de se dégrader . Il est dans nos civilisations industrielles au alentours de 20 au mieux, voire pour certaines personnes jusqu’à 40 !

La part des huiles végétales dans notre alimentation ne cesse d’augmenter. Et ce sont essentiellement les huiles riches en oméga 6 qui caracolent en tête : mais, tournesol, arachide, voire hélas l’huile de palme, omniprésente du fait de son prix, qui contient un peu d’oméga 6 mais surtout beaucoup d’acides gras saturés,qui sont  également impliqués dans les phénomènes inflammatoires

Les acides gras sont aussi amenés par la consommation des graisses animales, la viande, le lait et ses dérivés. La composition des lipides animaux s’est profondément modifié depuis quelques dizaines d’années, au profil quasi exclusif des oméga 6.

kc3eca6sexeica1mxigecaiz0hw1ca7dnre1cavfbcx9cacqfg63ca6jah2vcaqqsiqgca6neulyca6utwgccatb5l3xcavz15raca63cer6caoyvgz2cawyj2b4caep5c1pcaogvrf4cainvmftcakkot25Les vaches et les animaux d’élevage ont mangé jusqu’alors de l’herbe, et leur chair était riche en oméga 3 . Le passage à une alimentation exclusivement composé de mais, de tourteaux de soja, fait que leur chair est de plus en plus riche en oméga 6

Les animaux non herbivores, poulets, cochons, les poissons d’élevages, sont nourris essentiellement avec du blé, du mais, du soja, avec le même résultat.

Le lait et les fromages ont bien sur subi la même évolution ; quel rapport entre le lait des années 1950, lorsque les vaches passaient leur journée au pré et le lait actuel, issue d’animaux vivant dans des élevages intensifs ?

Toujours d’après Pierre Weill,  ‘ au final, si l’on cumule les évolutions quantitatives et qualitatives, pour les lipides végétaux et animaux, en quarante ans, le rapport entre les graisses oméga 6 et les graisses oméga 3 dans nos régimes a augmenté de 300% ‘…

Dans ces conditions, si l’on se réfère aux effets biologiques des oméga 6, comment s’étonner de l’explosion des maladies inflammatoires musculo-tendineuses ?

L’ alimentation de nos ancêtres est restée relativement stable pendant 7 millions d ‘années,

Les chasseurs cueilleurs mangeant essentiellement des fruits, des végétaux et des animaux sauvages, riches en oméga 3 . Il est fort probable que les tendinites n’étaient pas des pathologies courantes à l’époque.

images-ffgg

A l’instar de la pathologie TMS star, l’épicondylite ou’ tennis elbow, ‘, Croc Magnon connaissait-il le ‘ massue elbow ‘? j’en doute !

La correction de nos apports en ? 6 et ? 3 est un objectif tout à fait prioritaire en matière de nutrition et de santé publique

Cette correction doit être individuelle, avec :

–         une augmentation de la consommation en ? 3, par les poissons gras, l’utilisation d’huiles végétales comme l’huile de colza, voire la complémentation en oméga 3 si les déficits sont importants ( intérêt des examens biologiques comme le statut en acides gras )

–         la diminution de la consommation d’ ? 6, en évitant les huiles de mais, de soja, de tournesol , en bannissant l’huile de palme omniprésente dans les plats industriels….

–  Limitation des graisses saturées

Comme le suggère  Pierre Weil, seule une modification profonde de la chaîne alimentaire permettra de revenir à un rapport oméga 6/oméga 3 équilibré, en ré-introduisant dans l ‘alimentation animale, par exemple les graines de lin, riches en ? 3,  qui vont apporter au final des oméga 3 dans la viande ; ou les œufs , ou tout simplement en leur  refaisant manger de l’herbe  ?

Sortir de l’alimentation majoritairement riche en oméga 6 de nos animaux doit être un objectif prioritaire.

‘ l’amélioration de la qualité de l’alimentation doit se faire sur des produits de masse, accessibles à tous, sinon l’écart va se creuser entre les plus aisés qui auront à la fois les moyens de s’acheter des produits de qualité et l’éducation nutritionnelle qui va avec, et les autres qui n’auront accès ni aux uns, ni aux autres ‘

Encore  faut-il qu’il y ait une prise de conscience des facteurs en jeu dans l’augmentation de toutes ces maladies dites de civilisation.

Et quant on lit les rapports officiels, j’ai bien peur que les pathologies musculo-tendineuses n’aient encore de beaux jours devant elles

Posted in: Micronutrition | 26 501 Comments »

Mai 03

Tiré de l’ excellent livre du Pr brian Wansink :  ‘  Conditionnés pour trop manger ‘

conditionnes_pour_trop_manger_miniature

L’auteur décortique quelques uns de nos déterminants alimentaires.

Instructif, beaucoup d’humour, et parfois très provocateur !

‘ Pourquoi le fast-food est-il en train de conquérir le monde ? Tout d’abord parce que nous avons été génétiquement conçus pour l’apprécier. Ou, plus précisément, il a été conçu pour nous aimer,, en nous offrant les trois gouts que des siècles d’ évolution nous ont amenés à désirer: le gras, le salé et le sucré.

Jadis, les matières grasses procuraient à nos ancêtres les réserves caloriques nécessaires pour survivre à la disette. En retenant l’eau, le sel leur évitait de se déshydrater. Quant au sucre, il leur permettait de différencier les baies comestibles des autres.

Par notre inclination pour les graisse, le sel et le sucre, nous avons appris à préférer les aliments qui étaient le plus à même de nous maintenir en vie . Tout ce que nous aimons dans le fast-food, nos aîeux les chasseurs-cueilleurs auraient tué pour l’avoir. Les frites et les chips renferment de l’huile et du sel, les muffins et les crumbles contiennent de la graisse et du sucre, et le Coca du sucre et du sel, tandis que les barres chocolatées les accumulent tous

Certains considèrent le fast-food comme un ennemi public. ils l’assimilent à une drogue, une conspiration qui vise à nous détruire. Ils prétendent que ces entreprises machiavéliques bourrent leurs produits de graisse, de sel et de sucre parce qu’ elles savent pertinemment que nous les mangerons, que nous les aimerons et que nous reviendrons encore et encore. Les chaines de fast- food choisissent-elles leur ingrédiants en sachant que nous les mangerons et les adoreront ? Absolument…

…. Non seulement les fast-foods nous donnent les saveurs que nous souhaitons, mais ils présentent deux avantages supplémentaires: ils sont rapides et d’un bon rapport qualité-prix…..Pour un client affamé n’ayant que deux ou trois dollars à dépenser pour déjeuner, la perspective d’être rassacié est bien plus attrayante que celle de tremper quelques crudités dans un ramequin de vinaigrette. Les gens qui critiquent le plus les fast-foods n’appartiennent généralement pas au segment de marché des  » deux ou trois dollars  » .

Posted in: Micronutrition | 25 107 Comments »

Avr 19

Vu dans la revue Prescrire ( avril 2009 ), deux études intéressantes sur ‘Antibiotiques et asthme chez les enfants

– La première étude canadienne ( 2007  )à mis en évidence une augmentation de la fréquence de l’asthme chez des enfants âgés de 7 ans , après traitement antibiotique pendant la première année de vie

–    Une compilation ( méta-analyse ) de 8 études sur l’utilisation d’antibiotiques pendant la première année de vie à mis en évidence une fréquence d’asthme 2 fois supérieure après un traitement antibiotique

Les conclusions de la revue Prescrire sont intéressantes :

–         en pratique, avant d’utiliser un antibiotique chez un enfant, mieux vaut évaluer soigneusement les bénéfices prévisibles comparés à l’absence d’antibiotique

–         Il est concevable qu’un facteur commun ( encore inconnu ) favorise à la fois la survenue d’infections bactériennes en bas âge et la survenue ultérieure d’asthme

7qahca4qguixcaa2n43tcaspl5arca6sbighcatxcyhvca42ek6wca7kwq97ca8y193wcaixu4efcaxm93otcaci7mtaca5ojh6icavhaqz9ca4rlyz1cas7bybgcakg3l57caa6yl7mcab84nvaca104mop1

Les Micronutritionnistes le disent depuis longtemps :

Ce facteur inconnu, c’est l’intestin ou plutôt la flore intestinale

Lors de la première année de vie, la qualité de la flore est primordiale et dépend des bactéries qui s’implantent lors de l’accouchement ou lors de l’allaitement maternel

Cette flore à un rôle fondamental dans la défense de l’organisme  Elle interagit avec tout le système immunitaire. L’implantation d’une flore équilibrée après la naissance garantit  un équilibre entre 2 systèmes immunitaires :

. la voie des lymphocytes TH1, qui , en cas de déficit induit une réponse insuffisante lors d’infections virales et bactériennes

. la voie des lymphocytes TH 2 , qui,  en déséquilibre,  constitue une prédisposition à l’hypersensibilité et à l’allergie

un déficit de cette voie peut induire un  déficit   en immunoglobulines A , première ligne de défense intestinale mais aussi trachéo-bronchique

? toute prise d’antibiotiques lors de la première année de la vie, en mettant à mal la flore intestinale, au moment de la mise en place de ce fragile équilibre immunitaire, peut donc favoriser l’apparition ultérieure d’un asthme

bn06ca32aao4ca25t380caslfh2cca6bnetmcawkf81kcasyudmicayvwbgvcarwjupfca91ou0uca4dwmzocait8qmicaycmw99cakt3hzucalzrfmncaw33gzfca3mh580ca80wse6ca0e2hxfca155uo1

L’ ‘asthme est une maladie complexe, multifactorielle,  mais l’on peut concevoir  sa prévention par la prise de Probiotiques :

–        dés la naissance, surtout si l’accouchement s’est fait par césarienne, ou s’il n’y a pas d’allaitement maternel ( qui amene des lactobacilles ), car dans ce cas il y à implantation d’une flore de mauvaise qualité

–         en accompagnement de toute prise d’antibiotiques, ci ceux ci sont indispensables

L’écosystème intestinal , ou microbiote intestinal,  c’est donc lui ce facteur  ‘ inconnu ‘

Mais pas de tous

Posted in: Micronutrition | 25 365 Comments »

Avr 07

Et si la santé de demain passait par le microbiote intestinal ?

Théme du 9° Symposium de Micronutrition ( mars 2009 Paris )

Le terme de microbiote remplace celui de flore intestinale, afin de prendre en compte la complexité de l’ écosystème abrité par le colon.

Les bactéries intestinales forment entre elles un monde  en inter-relation, et communiquant avec la muqueuse intestinale, et au-delà avec tout l’organisme.

6qgkcarqmuvscab5dra9caqzp41pcadlyb70cagil65mcacl9kb0cap3zm1ycaokmq26caxqt8yocafvbrqucal1cio2cadokbohcanjr9kicanc8q3fcav6r4s7ca04nwezcamf1wqvcafarn7sca9l6v0u1

La composition de cet écosystème microbien , et ses activités peut être modifié par deux types de compléments nutritionnels :

les probiotiques, lactobacilles et bifidobactéries, qui, modifiant de manière significative l’équilibre microbien colique, agit par ses propriétés bénéfiques particulières

les prébiotiques, comme les inulines, sont fermentés par certaines bacteries, et modifient positivement la composition du microbiote intestinal

Un déséquilibre de ce microbiote induit une inflammation, soit de haut grade dans les maladies intestinales inflammatoires ( Crohn, rectocolite ulcero-hémorragique ), soit de bas grade, dans les troubles fonctionnels intestinaux, et, comme plusieurs études expérimentales le montrent, l’obèsité et le diabète.

4h67ca3mfdipca2p7m12canumbqqca5a78m0caqho5l4cau4qbbjcatz1eifca1ndw4ncau2kzbwcav7uvdfca53p593ca1yc5e5ca29nv5jca28s76pcae3h6emcajbxadjcacjile0catd6ndbca4jxv0o

Les déséquilibres de la flore, l ‘inflammation et donc l’hyperperméabilité intestinale associée sont donc des facteurs majeurs dans les pathologies de société que sont les maladies auto-immunes, métaboliques ou dégénératives

Plus que jamais la santé passe par l’intestin

Posted in: Micronutrition | 23 079 Comments »

Mar 09

L’ALIMENTATION AU COURS DE L’ÉVOLUTION HUMAINE

Pendant 7 millions d’années, l’ alimentation de nos ancêtres est restée relativement stable . Ils mangeaient le produit de leur chasse, de leur pêche, et de leur cueillette. Leurs repas se composaient de viandes maigres, de gibiers, d’œufs, de fruits, de légumes et de céréales sauvages

ebwgcaead21bca9nxn2kca3nkreicacsmz6bcaqi12f9ca4altk5caxuz0xuca519ddeca7ge3eicava56mpcaqd5dlsca1lyu2jca14wjbicawtotbscawwlnyucaishj0qcaa73b9qcad6khfacazz53lm1.Les gens, pendant des siècles, ne mangeaient donc  que peu de viande, beaucoup de protéines et de fibres, et peu de sucre rapide

Le bouleversement profond du régime alimentaire, apparu il y a 10 000 ans, pourrait expliquer l’apparition des maladies de civilisation : la sédentarisation, l’agriculture et l’élevage ont introduit dans l’alimentation les légumineuses, le lait et les céréales cultivées.

Comme le dit Th. Souccar ( Le régime préhistorique ), sur une échelle  de l’évolution qui irait du 1° janvier au 31 décembre, c’est un peu comme si on introduisait ces changements alimentaires  vers la fin de l’après-midi du 31 décembre. Ce laps de temps est trop court pour que nous ayons pu nous adapter génétiquement à ces changements

En plus de ce changement radical de nos habitudes alimentaires ,  l’alimentation moderne , avec l’industrialisation d’ une grande partie  de   l’ offre alimentaire, la culture intensive avec l’utilisation d’engrais et de pesticides à outrance, le raffinage des matières premières , a vu  arriver  dans notre assiette des aliments appauvris en vitamines, minéraux et oligo-éléments,

L’industrialisation de nos sociétés à  également entrainé la diminution des quantités caloriques consommées,  car l’ homme moderne est de plus en plus sédentaire, et à donc moins de besoins caloriques .

1c87capeyo3lcatmr6hcca6ysj95ca2g5kiucasurj9dcaq1y3yscal6s1ldcanaz56acah3mtuvca69cx9scaq1iu9bcazo0ybzca4hki7zca7eyrprcagh19xdca33s0nucazfz31ccazim5tmcaorn6ti

? Notre ration est passée de 3000 calories à 1750 calories pour une femme, et de 4000 calories à 2250 calories pour un homme. Avec de tel apports, il devient impossible de recevoir par l’alimentation les quantités quotidiennes recommandées en vitamines et en minéraux

Cette réduction des prises alimentaires s’est accompagné en parallèle de l’augmentation considérable de la consommation des produits de l’industrie agroalimentaire riches en  calories vides , c’est à dire n’apportant aucun des nutriments essentiels à notre fonctionnement, et creusant encore l’écart entre les apports et les besoins

v5qxcaijq6zjcapdfqltca0sxllgca2byy21ca45sy3ucasukxqaca0r44uncafmuwljcai9fviicad54c9ccahzxo5jca366ft6caz855goca9cs13tca1uqftncabhugueca43p2uucapxg38ucayil11y

Parallèlement à  cette nouvelle manière de se nourrir, extrêmement pauvre en qualité, est apparu une  augmentation inquiétante  de nombreuses maladies  :

? La fréquence de maladies chroniques chez les plus jeunes, asthme, allergie alimentaire, explose, de même que l’obésité chez les enfants et les adultes

? les maladies auto-immunes ( poly-arthrite rhumatoïde, maladie de crohn ) touchent de plus en plus d’adultes , et les maladies dégénératives , Parkinson, Alhzeimer sont en perpétuelle augmentation

La prévention de toutes ces maladies de civilisation passe donc par le retour à une alimentation plus saine, même si de multiples facteurs rentrent certainement en jeu .

il serait en effet illusoire de penser que la micronutrition seule puisse tout prévenir et tout guérir, mais replacer l’alimentation au centre de l’équilibre de l’être humain parait primordial

Posted in: Les concepts de la micronutrition | 28 433 Comments »

Mar 09

Nous allons voir comment certaines fonctions de l’organisme dépendent de manière très étroites de l’apport alimentaire : ce sont les quatre maillons faibles, décrits par le Dr D. Chos ( Président de l’Institut Européen de Diététique et Micronutrition )

le système digestif

Joue un rôle capital pour l’assimilation des nutriments, pour la défense de l’organisme , grâce à  tous ses systèmes enzymatiques et la flore intestinale

8zmdcazun0b6ca1nii1qcat81gvxca0qelj3cact83q6cabnytmwca8qdkz3ca4em87rcav6vy6uca5we0fdcajkpgn5cabj5m1hcah2t980cagq3vkycasbhzw1catry28pca9c1c75caocj44zca8rfd3x1

Cet écosystème intestinal assure la digestion des aliments, protége l’organisme de bactéries pathogènes en les empêchant de se fixer sur la muqueuse, et exerce de effets positifs sur le système immunitaire

La flore , dans certaines situations ( antibiothérapie, stress, alimentation inadaptée, intolérance ou allergie )  peut se déséquilibrer et perdre ses propriétés. Cette perturbation de l’écosystème intestinal a pour conséquence d’agresser le muqueuse de l’intestin et provoque augmentation de la perméabilité intestinale

2b53caw9oeavcauz3jqjca0f3fwccau6vc5ycarksq01ca8uywj2ca6pi646ca86yo30ca3ehdgncahz61i1cao8ikwbca1chc8xcavuie0ica9po5g2caof38lwcau6qlo5casvf1ghcarrieogca7objyw2

Cette hyperperméabilité  intestinale va permettre le passage de substances indésirables dans l’organisme ( protéines, débris microbiens )

et induire à distance des perturbations sur différents systèmes ( acné, infections diverses, maladies articulaires, allergies, troubles du comportement ) et inhiber l’assimilation des nutriments

En cas de perturbations de système digestif, l’organisme peut donc  présenter les troubles suivants :

?  des troubles fonctionnels digestifs

? des intolérances et des allergies

?  des perturbations à distance, secondaires à l’hyperpermeabilité intestinale : infections, douleurs osteo-articulaires, problèmes cutanés……

Rappelons un précepte attribué à Bouddha  ‘  le sage est celui donc l’intestin fonctionne bien ‘

la protection cellulaire

Pour assurer nos besoins quotidiens, nos cellules utilisent de l’oxygène afin de  fournir l’énergie nécessaire. Une partie de cet oxygène indispensable libère des dérivés très agressifs pour nos cellules, les radicaux libres

4aaqca41i2jscaegeraicajunmdmcamt2humcali9ojycan11fvacaxkff3lcaa30pckcap9mb0scahie24hcascri5bca4zyp0rca13vvyscatsnkrycavvg0ifcan9hkbgcaz7v6ezcafdruwwcaz8esit

la pollution, l’alcool, le tabac, les médicaments, les infections libèrent également des radicaux libres dans l’organisme

Face a ces déchets, utiles mais dangereux, l’organisme dispose de moyens efficaces pour neutraliser les radicaux libres en excès :

Des enzymes anti-radicalaires ( dépendant de nos capacités génétiques )  et des piégeurs de radicaux libres apportés par notre alimentation , notamment les fruits et légumes ( vitamines A, E, C, flavonoides ) , ainsi que zinc, cuivre, sélénium

En cas de protection anti-radicalaire insuffisante peuvent  donc apparaitre :

?  des signes de vieillissement

? des affections dégénératives ( osteo-articulaires, ophtalmo, cardiovasculaires )

la membrane cellulaire

interact071

Les membranes de nos cellules sont essentiellement constituées

d’ ACIDES GRAS , saturés et insaturés ( donc les oméga 3 et Omega 6 ) Un  bon équilibre de ceux-ci permettra  un bonne souplesse des membranes, que l’on appelle la fluidité membranaire, facilitant les fonctions cellulaires .

Les membranes cellulaire jouent un rôle important dans la régulation de l’inflammation, de l’immunité et l’allergie

Notre alimentation moderne , par ses excès en acides gras saturés et en acides gras oméga 6 , et par la pauvreté de ses apports en oméga 3 , induit des déséquilibres susceptibles de provoquer des effets néfastes

Seule une alimentation équilibrée amènera à l’organisme ces acides gras indispensables

En cas d’agression et de mauvaises protections de nos membranes cellulaires, peuvent apparaitre :

?  des signes de vieillissement au niveau de la peau

? des symptômes au niveau psycho-émotionnel, au niveau circulatoire

le cerveau

Son bon fonctionnement dépend étroitement de nos apports nutritionnels, et en particulier  des protéines alimentaires qui  vont fournir deux acides aminés essentiels ( c’est à dire que l’organisme ne sait pas fabriquer), la Tyrosine et le Tryptophane,dopamine, noradrénaline, sérotonine ) qui  ont une importance majeure dans la gestion de notre comportement et de nos actions, de nos humeurs, du sommeil, de notre appétit nécessaires à la fabrication des neuromédiateurs  (

slide1_large

L’ alimentation permet également  de fournir au cerveau les acides gras , les vitamines, les minéraux et les oligo-éléments nécessaires au bon fonctionnement des cellules cérébrales

En cas de défaut d’approvisionnement nutritionnel au niveau du cerveau, vont donc survenir :

?  de la fatigue

? des troubles de l’humeur

?  des troubles du sommeil

? des troubles du comportement alimentaire


Posted in: Les concepts de la micronutrition | 34 661 Comments »

Mar 09

l’Institut Européen de Diététique et Micronutrition à élaboré des outils de dépistage des déficits micronutritionnels , ainsi que des questionnaires alimentaires.

Une approche biologique innovante est également utilisée

LES QUESTIONNAIRES

A remplir par le patient

¨ LE QUESTIONNAIRE ALIMENTAIRE sur une journée

celui-ci explore :

le nombre de portions alimentaires consommés aux quatre principaux repas de la journée, ainsi qu’en dehors des repas

ces portions sont reparties en cinq grands groupes, avec la consommation de boissons sucrées et des sucreries

la nature, la quantité et la qualité des huiles d’assaisonnement

la fréquence de consommation des principaux aliments sur une semaine

l’objectif est d’évaluer l’équilibre et la diversité alimentaire, et non de connaitre avec précision  le contenu exact de l’assiette

la deuxième étape consiste à construire LA PYRAMIDE ALIMENTAIRE de son patient

0it4cawzm0rucard89g1ca7vjzs7caim12byca2sj8v4cavnnu0wcaegga9ccao36xwwcarh0gvwcax52861ca5b6g9zcan43y5fcaf3395vca5nze04cazetnrecacmhya6cao307zmca8xacg9caiunmnr

On peut de cette manière repérer les déséquilibres importants, et commencer à hiérarchiser  les différents ajustements à opérer

¨ LE DÉPISTAGE DE DÉFICIENCE MICRONUTRITIONNEL  D.D.M

Le D.D.M permet d’explorer six grands groupes de symptômes  fonctionnels :

– l’asthénie et les troubles de l’humeur

– les troubles fonctionnels digestifs

– les infections à répétition

– les problèmes osteo-articulaires

– les troubles de la peau et des phanères

– les perturbations circulatoires et micro-circulatoires

sont ajoutées des questions sur le mode de vie ( consommation de tabac, d’alcool, de médicaments )

la réponse à chaque question est évaluée selon un score de 0 à 3

le D.D.M une fois rempli, affiche un score, représentant l’appréciation subjective de l’individu vis-à-vis d’un ensemble de perturbations fonctionnelles, mises en relation avec les déficiences micronutritionnelles

¨ LE QUESTIONNAIRE D.N.S ( DOPAMINE-NORADRÉNALINE-SÉROTONINE )

mesure l’impact de notre alimentation sur le fonctionnement cérébral

? l’ idée que nos ressources mentales puissent être modulées par nos apports alimentaires est une idée force de la micronutrition

après avoir rempli le D.N.S, il devient possible d’expliquer à quoi servent :

z5ayca2jf6jjcaub3c4jcakejd4wcac21k6pcah99vz9cap3nqu5caym09qucaw3pkl4camx2a0jcaut1sg8cax4bya4carfmgizca4w873acaktiljncao2o0tycaql1d5acawap2cwcatn273ocau1shsd

la dopamine, starter de l’action

la noradrénaline, accélérateur de l’action

la sérotonine, frein de l’action

et comprendre comment l’appétence au sucré peut être en relation avec un déficit en sérotonine

? LES OUTILS BIOLOGIQUES

Si la biologie classique permet de dépister les grandes perturbations  (diabète… ) , elle à un intérêt limitée pour appréhender les déficits nutritionnels et mesurer l’impact biologique de l’alimentation sur notre organisme . Seule une biologie spécifique, prévisionnelle à visée préventive permet de visualiser l’équilibre biologique personnalisé d’un patient.

Cette biologie va permettre de dépister les prédispositions immunitaires, les carences, le risque cardio-vasculaire, les dysrégulations neuro-hormonales, les états inflammatoires…

Ce sont:

– Le Statut en Acides Gras membranaires, pour évaluer la consommation en graisses du patient

– Le test ENA,  pour mesurer l’équilibre acide-base

– Le dosage des Neuromédiateurs,

– Le bilan nutritionnel et antiradicalaire

– Le test de perméabilité intestinale

– le profil protéique

– le typage lymphocytaire

et bien d’autres

Seule cette  approche biologique individualisée

permet un conseil diététique personnalisé , inspiré des perturbations nutritionnelles, et micronutritionnelles

permet de guider la complémentation, et de suivre de manière précise l’impact de celle-ci

Posted in: Les concepts de la micronutrition | 32 203 Comments »

Mar 09

Il est maintenant reconnu que l’alimentation, participe, d’une façon ou d’une autre, à la survenue de certaines maladies telles que les maladies cardiovasculaires, les cancers, le diabète, l’obésité l’ostéoporose, les troubles du comportement…..

La lutte contre le surpoids et l’obésité est devenu en France et les pays industrialisés un enjeu majeur de santé publique

gradyeat

Mais au milieu des conseils et des recommandations en tous genres, beaucoup d’imprécisions et de confusions empêchent le plupart des gens de construire un modèle alimentaire cohérent

L’idée majeure de la Micronutrition est de proposer un  conseil personnalisé et cela autour

d’un modèle alimentaire méditerranéen , d’inspiration crétoise

En effet, De nombreuses études ont, depuis les années 1950, mis en lumière l’extraordinaire longévité des Crétois, ainsi que le taux le plus bas au monde de maladies cardio-vasculaires, et de cancers.

Même si on peut expliquer cela par le mode de vie, le climat, l’absence de stress, l’alimentation joue un rôle déterminant. Si nous ne pouvons pas manger comme les Crétois , il est possible d’adapter à notre mode de vie les grandes lignes de ce fameux régime qui fait merveille depuis 35 siècles

Ce modèle s’organise autour d ‘une PYRAMIDE PÉDAGOGIQUE , qui doit comprendre chaque jour :

pyramide1

? une quantité suffisante d’eau, 1,5 litre

? 2 portions de protéines d’origine animale :  viande, poisson, œuf

? 2  portions de produits laitiers, s’ils sont bien tolérés ( lait, yaourt, fromage )

? 4 portions de produits céréaliers ( pain, féculents, légumineuses, céréales )

? 5 à 6 portions de fruits et légumes

images-11

L’alimentation doit de plus apporter chaque jour une quantité suffisante et bien équilibré en acides gras essentiels, Omega 3 et Omega 6 , soit 2 cuillerées à soupe du mélange olive-colza pour assaisonner les crudités et les salades

Remplir  le questionnaire alimentaire aide la personne à construire sa propre pyramide alimentaire, ce qui permettra au micronutritionniste de proposer les ajustements nécessaires

Posted in: Les concepts de la micronutrition | 25 113 Comments »

Mar 09

54vncatogna0cadt3u0ocafw5usocaraphhycawlq9eycag8o15vcargqw9sca2u3leycasqyh27catwllh8caxr6zg5cae2jyohca1chqpmcaolaob5camle1q8cab79qc0ca09qr99ca18er2zcaupry225

Le complément nutritionnel est un produit destiné à être ingéré en complément de l’alimentation, afin de pallier une insuffisance réelle ou supposée

Un complément nutritionnel ne guérit pas, mais aide à combler les carences alimentaires, permettant de rééquilibrer le statut nutritionnel et ainsi à améliorer les performances de l’organisme car l’objectif de la Micronutrion est de rétablir l’équilibre des fonctions physiologiques

14efcaondl4tcaofytglcap50uofcaf9u7tccas7wa1qca8te5uzcapqc6r1ca5g1b6ocac4b66pcagjhjwwcadtgnzkcaf41qxccaa7tie3ca7p0n1kca8q1x3qcaor4sqsca3f9s8pca2ogrx4cazq1v5s

L’alimentation seule, même équilibrée et diversifiée, ne suffit pas souvent à apporter les micronutriments en quantité optimale et à maintenir un bon état de santé

La complémentation peut alors se révéler utile, mais à condition de connaitre la nature de ce que l’on prend, et d’évaluer la qualité et la quantité nécessaire

? Imaginer que prendre des petites pilules est une solution miracle à l’anarchie alimentaire n’a véritablement aucun sens

L’apport de complément alimentaire ne sera efficace que si l’on tient compte de l’individu dans sa globalité, de ses besoins, de sa personnalité, de l’état de son intestin et de son degré d’intoxication, et devra être guidé par les résultats de la bologie nutritionnelle

? Un des piliers de la Micronutrition est de faciliter la digestion des aliments et des micronutriments, C’est le rôle d’une famille de compléments appelés probiotiques

Les probiotiques sont des bactéries vivantes, des ferments lactiques qui contribuent à ré-équilibrer la flore intestinale, afin de renforcer l’immunité, améliorer l’assimilation des nutriments, aider la muqueuse intestinale à constituer une barrière contre les agressions extérieures

8zmdcazun0b6ca1nii1qcat81gvxca0qelj3cact83q6cabnytmwca8qdkz3ca4em87rcav6vy6uca5we0fdcajkpgn5cabj5m1hcah2t980cagq3vkycasbhzw1catry28pca9c1c75caocj44zca8rfd3x

Les probiotiques sont présents dans les produits laitiers fermentés, mais seuls les probiotiques sous formes de compléments alimentaires permettent d’amener des concentrations suffisantes de bactéries au niveau de l’intestin pour avoir des effets santé probants

? Autre pilier de la Micronutrion, la protection cellulaire, qui est une garantie contre le vieillissement.

C’est le rôle des anti-oxydants, assurés par la prise de compléments alimentaires contenant des vitamines, des flavonoides, des carotenoides, du sélénium, etc…

c5jzcaphg0gncagv8b5wcaiqfwl6caf7u1jtcam1aizyca9n3uhgcauvurhrca5fcg4acapc415scarbd1qgca9xfm6vcao92w0ucaeyfwprcavttvsacahnoqr7cajdhnn3cao59o54ca6omncxca2isixc3

? La protection des membranes cellulaires, est assurée elle par l’apport contrôlé

d’ acides gras essentiels, oméga 3 et oméga 6 , ce qui permet le bon rapport entre eux  ( 1 oméga 3 pour 4 à 5 oméga 6 )

? La prise en charge, par complémentation, des dysfonctionnement des neuromédiateurs( dopamine, sérotonine ) impliqués dans les troubles du comportement ou les troubles de l’appétit, permettra d’épauler la correction de l’alimentation

lp5gcahpyjdoca91cj8zcay0jc0cca38pl83caodhnm3cauggtxocaych6rmca1c5oc7can7khvwca896w4lca1sldshcaap02r6caoy31nacacpkdc7ca1wple1caqeazpeca0mslbdcacjb300caz9de2w1

? Seul un conseil en micronutrition permet une utilisation cohérente de la supplémentation nutritionnelle , en dépistant les déficiences et en les corrigeant si nécessaire

Posted in: Les concepts de la micronutrition | 28 355 Comments »

« Previous Entries Next Entries »