Nov 08

Stérilité, Infertilité, la solution micronutritionnelle




decouverte-d-un-gene-responsable-de-l-infertilite-masculine-103944_l

le problème de l’infertilité est en France, et dans la plupart des pays industrialisés, en augmentation constante. Les centres de procréation médicalement assistée, les PMA, ne désemplissent pas .

D’après les statistiques officielles de ces centres, en 2008,derniers chiffres connus,  plus de 110 000 tentatives de traitements ont été réalisés, avec un taux de réussite de 20% , soit quand même 80% d’échec !

Ce qui laisse un grand nombre de couples sur le carreau , et souvent, après des années éprouvantes de traitements, dans des états psychologiques désastreux

L’augmentation de l’infertilité devient aussi un problème de santé publique

En effet, en France, la PMA est remboursée par la Sécurité Sociale.  6 inséminations artificielles sont remboursées, ainsi que 4 tentatives de fécondation in vitro ( FIV )

Les derniers chiffres disponibles, de 2003, étaient de 120 millions d’euros ! Que sont-ils maintenant !

Si les causes pathologiques d’infertilité sont bien pris en charge dans les centres de PMA, en revanche, lorsqu’il n’y a pas de pathologie évidente, mais des dysfonctions dans les processus de fécondation, les choses se compliquent car l’approche doit être différente , et elle est le plus souvent ignorée par les médecins spécialisés

Classiquement, les causes d’infertilité sont , soit masculines ( anomalies des spermatozoïdes ), soit féminines ( anomalies de l’ovulation, anomalies des trompes, de l’utérus, de la glaire, endométriose, ovaires polykystiques, etc. ..)

Dans de très nombreux cas, l’infertilité est classée comme ‘inexpliquée’, les explorations conventionnelles ne décelant aucune anomalie visible, ce cas de figure représentant la plupart des échecs de la PMA

Aucune anomalie visible, oui, mais pour qui ? Car la vision de l’infertilité par les spécialistes est une vision purement mécanistique :Il s’agit de stimuler l’axe hypo-thalamo-ovarien avec des hormones,  inséminer avec un sperme de bonne qualité, réaliser une fécondation in vitro et réimplanter l’embryon dans l’utérus..

Mais si les médecins s’occupent de l’environnement hormonal de la grossesse,  ils ne  s’intéressent pas du tout  à l’environnement nutritionnel et  micronutritionnel  de la mère ( et aussi du père, car, c’est une évidence mais il faut la rappeler, un enfant se fait à deux )

Que peut apporter l’approche micronutritionnelle de ce problème ?

Le bon déroulement de la  fécondation nécessite la mise en place de processus complexes, bien sur des appareils génitaux indemnes d’anomalies, un système hormonal performant , mais de nombreuses dysfonctions au niveau cellulaire peuvent venir gripper la mécanique

Car la fécondation ne nécessite pas seulement la rencontre de deux gamètes, l’ovule et le spermatozoïde, le génome faisant ensuite son travail inexorablement, grâce aux informations gravées dans l’ ADN des deux parents

Nous savons  maintenant, par la connaissance de l’épigénétique, «  que la vie d’une cellule est régie par son environnement, et non pas par ses gènes. Les gènes sont de simples ‘ plans ‘ moléculaires servant à la construction de cellules, de tissus et d’organes ,et l’environnement est ‘ l’entrepreneur’ qui lit les plans et les exécute «   ( Bruce Lipton, la biologie des croyances )

Et si l’environnement contrôle l’activité de nos gènes, ne pas en tenir compte peut avoir des répercutions profondes

Donc  optimiser la fécondation, ce n’est pas simplement assurer la fusion de deux  gamètes dans un environnement hormonal optimal et dans un appareil génital mécaniquement opérationnel, c’est prendre en compte  tout notre environnement nutritionnel, émotionnel, notre mode de vie, la pollution organique , le rôle des perturbateurs endocriniens ….


? J’ai déjà parlé du rôle de l‘épigénétique et de sa prise en compte nutritionnelle lors des consultations de préconception

Les processus épigénétiques commencent bien avant la conception . Ils ne modifient en rien le code génétique, mais vont modifier l’expression des gènes , en greffant des groupements méthyles sur l’ADN, ce qui met les gènes en mode ‘off’ et les empêchent de s’exprimer

Et la méthylation de l’ ADN à des rôles majeurs sur la fertilité, un taux de méthylation bas étant associé à des perturbations des spermatozoïdes, à un taux de fécondation bas et à un taux de grossesse bas

Une hypo-méthylation est corrélé à un taux bas des vitamines B6, B9 et B12    index1

ainsi qu’un taux élevé d’homocystéine.

Seuls des dosages sanguins permettent d’avoir une idée du capital méthyle des deux parents

?  Autres anomalies micronutritionnelles dans l’infertilité

? Le fonctionnement thyroïdien est exploré dans les bilans de PMA, mais seules les fonctionnements pathologiques , hypothyroïdie ou hyperthyroïdie sont pris en compte .Or, dans les insuffisances fonctionnelles thyroïdiennes, dues à un déficit en iode,  la TSH est normale ou subnormale

.Mais si  l’iode est complètement oubliée dans l’exploration d’une infertilité, un déficit peut entrainer une hypofertilité , masculine et féminine,  ainsi qu’une augmentation du risque de fausse couche

? Le fer, qui est impliqué dans de nombreuses fonctions biologiques, transport de l’oxygène, synthèse des neuromédiateurs, métabolismes des hormones thyroïdiennes, est très souvent déficitaire chez la femme, du fait de la perte sanguine  menstruelle. Chez l’homme par contre, le fer, souvent en excès du fait des habitudes alimentaires ( viandes rouges ), est un pro-oxydant , ce qui peut avoir un impact sur la spermatogénèse

? Le Zinc, qui à un rôle très important dans le système antioxydant endogène,

est capital dans la spermatogénèse . Un déficit en zinc au cours des premières semaines de la grossesse peut conduire à un avortement spontané et à des malformations congénitales

? Le Magnésium dont le déficit très fréquent expose à une asthénie, une anxiété, une hyperémotivité, des troubles musculaires, un stress chronique qui peut avoir un impact négatif important dans les mécanismes de fécondation

? La vitamine D, déficitaire chez une grande partie de la population à ,en dehors de ses rôles dans le métabolisme osseux, le système immunitaire et cardiovasculaire, et la prévention des cancers, un rôle majeur dans le déroulement de la grossesse

? L’inflammation de bas grade et son corolaire la résistance à l’insuline, qui peut se manifester bien avant la perturbation de la glycémie à jeun , est très fréquente chez les personnes en surpoids, et entraine des dysfonctions cellulaires pouvant conduire aux avortements spontanés et des perturbations importantes dans le déroulement de la grossesse

Ces paramètres se mesurent par la CRP ultrasensible et les tests de HOMA et QUIKI

? Le statut en acides gras oméga 3 qui jouent un rôle majeur dans la fluidité des membranes et donc les communications intercellulaires, et sont les précurseurs de molécules anti-inflammatoires

ventre

L’optimisation du statut micro-nutritionnel du couple en péri-conception , en créant un environnement ( alimentaire et gestion du stress ) optimal pour la fécondation, la placentation et l’embryogénèse , à un impact important dans l’issu de la grossesse et la santé de l’enfant

La prise en charge doit être absolument individualisée

Pas question de complémentation à l’aveugle, elle doit être toujours  guidée par la biologie

La mise en évidence d’anomalies micronutritionnelles simples, facilement corrigées par une alimentation adaptée et l’emploi de compléments alimentaires selon les besoins, permettrait de solutionner bon nombre d’infertilités ‘ inexpliquées’ , évitant ainsi à des couples le chemin de croix que peut être la procréation médicalement assistée

Elle permet aussi, bien entendu, d’optimiser les traitements de PMA  s’ils sont nécessaires

Ne pas oublier l’apport de l’ostéopathie dans la prise en charge de l’infertilité, ainsi que des cures thermales ( Salies de Béarn )

prevention-nutritionnelle-dans-la-petite-enfance_article_text_popin

Topics: Micronutrition | Commentaires fermés sur Stérilité, Infertilité, la solution micronutritionnelle




Comments are closed.

Suivez moi sur Twitter...
... ou sur ma page pro Facebook